Un drame évité de justesse à l’école primaire

Publié Publié dans Infos

Le 12 septembre 2017, au moment de la sortie des classes une très lourdes branches d’un des platanes de la cour de l’école primaire est tombée. Heureusement plus de peur que de mal, aucun enfant a été blessé. Le drame a été évité de justesse. D’après nos informations, la direction de l’école demande chaque année l’élagage des arbres, ce qui est la moindre des choses pour garantir la sécurité, sans réponse ou intervention de la municipalité. Après cet incident, et afin de garantir la sécurité des enfants, la direction souhaitait fermer l’école ce matin, la maire s’y est opposée, préférant interdire la récréation pour les élèves. L’entrée de l’école s’est effectuée par une porte située sur l’avenue de la gare et encadrée par les gendarmes. Des parents en colère ont interpelé Damienne BEFFARA, maire de Millas, sans avoir réellement de réponse. Elle a convoqué la présidente des parents d’élèves, le jour même, afin de minimiser l’incident. Les témoignages des parents et instituteurs présents lors de la chute de la branche sont sans appel : « un bruit assourdissant a retenti lors de la chute de la grosse branche, heureusement que les enfants n’étaient pas encore dans la cour sinon c’était la catastrophe, je suis très choquée ! » témoigne une maman. La maire dit avoir dépêché un expert. Nous souhaitons avoir toutes les explications et la garantie d’un entretien régulier des arbres afin que les enfants puissent être en sécurité dans leur école ».

2017, l’année de tous les dangers …

Publié Publié dans Infos

De l’horreur du Bataclan en Novembre 2015 au terrible attentat de Nice le 14 juillet dernier, notre nation a été touchée pour sa manière de vivre et pour son insouciante liberté ; nous devons y répondre par la fraternité, la laïcité, la solidarité, l’écoute et l’école de la république. L’école de la République est essentielle, elle est la fabrique de la cohésion nationale et de citoyens qui défendent la République et ses principes.

L’année 2017 annonce des bouleversements politiques majeurs. Un nouveau président aux Etats Unis, une Europe en difficulté et chez nous 3 élections majeures, celle du Président de la République, de nos députés et enfin de nos sénateurs.

Si les français ont rendez-vous avec leur destin, les Millassoises et les Millassois aussi.

La surcharge de travail permettra-t-elle à Madame le Maire, d’être à la fois Vice Présidente de la Communauté de Commune Roussillon-Conflent, Conseillère Départementale, Vice présidente du Conseil Départemental et première magistrate de notre commune ?

Restons vigilants sur l’évolution de notre commune, qui avouons le, ne sont pas très visibles.

A la vue de la fragilité de notre environnement direct et de nos finances, nous souhaitons plus de transparence, plus de dialogue et plus d’écoute.

La division au sein même de la majorité s’est fait ressentir dernièrement lors de l’élection de deux nouveaux adjoints où des points de désaccord on fait surface. Il faut que chacun ait le courage de dire son désaccord lorsque les décision ne leur convienne pas. L’édile de la ville n’a pas le monopole de la démocratie !

Il ne reste que trois ans pour montrer de quoi est capable cette majorité, il nous reste trois ans pour monter un projet d’avenir pour Millas, un projet pour AIMER et faire AIMER MILLAS.

Non à la disparition du Catalan à l’école primaire de Millas …

Publié Publié dans Education, Infos

L’APLEC, Associació per a l’ensenyament del català, s’interroge sur la réponse négative qui a été apportée aux parents d’élèves de CM de l’école de Millas sur la suppression de l’enseignement du Catlan, le groupe d’opposition se pose lui aussi des questions.

Anormal que les élèves du primaire en soient privés, alors qu’aujourd’hui l’Education Nationale met l’accent sur la diversité linguistique et qu’avec le nouveau collège Christian Bourquin l’enseignement du Catalan de développe.

Le virus de l’Occitane aurait-il frappé l’école primaire de Millas, et l’accent catalan est-il gravement atteint ?

L’ensemble des élus d’opposition demande à Damienne Beffara, maire de Millas, d’intervenir au plus vite auprès de l’Éducation Nationale afin que cette erreur soit réparée, il en va de notre culture et de nos traditions.